Partagez | 
 

 Maksym Savchenko ▬ « You're not the Jesus of Suburbia. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- S 30 032050 41 12 C -
avatar Masculin Pseudo : Never.

Messages : 47
Coincé depuis le : 30/01/2016



DOSSIER
Nombre de décès  : 0
Circonstances des décès  :
Métier  : SMF.

MessageSujet: Maksym Savchenko ▬ « You're not the Jesus of Suburbia. »    Dim 31 Jan 2016, 14:48



« Hey you, where did you come from ? Got a head full of lead, you're an inbred bastard son, all dressed up, red blooded, a mannequin ; do or die, no reply, don't deny that you're synthetic, you're pathetic. »
Nom : Savchenko.
Prénom : Maksym.
Surnom : Maks, Zaichik, Daddy.
Sexe : Masculin.
Âge effectif : 26 ans.
Âge apparent : 26 ans.
Date de naissance : 16/08/2023, Zaporijia, Ukraine.
Date de mort : 27/03/2050, Zaporijia, Ukraine.
Orientation sexuelle : Bisexuel ().
Groupe : Commotus.
Nationalité : Ukrainien.
Langues parlées : Russe, Ukrainien, quelques bases d'Anglais et de Tchèque ainsi que d'Espagnol.
Ancien métier : Il travaillait dans le crime organisé (tâches diverses et variées).
Métier actuel : Il est contre l'exploitation.
Casier Judiciaire


▬ Crimes commis :
▬ Circonstances du décès :
▬ Péché capital principal :
▬ Péché capital secondaire :
▬ Rapport à l'alcool :
▬ Rapport aux drogues :
▬ Addictions :
▬ Mauvaises attitudes récurrentes :
▬ A été victime :


Physique



« I am the motor in your crashing car »

Maksym a une silhouette droite, souple, habituée aux chocs, aux coups et aux blessures : son corps, qu'il ne montre que rarement, est constamment parcouru de bleus et de coupures. Ses phalanges sont abîmées, parfois jusqu'au sang, et pas une parcelle de sa peau ne semble avoir été épargnée par les projectiles.
Ça oui, s'il le laissait à la vue de tous, son corps aurait de belles choses à raconter – et comme si son sourire un rien narquois ne suffisait pas à le rendre de prime abord désagréable, la confiance s'effriterait au premier regard.

Maksym n'a pourtant que le charme de tout un chacun, et ses traits ont beau être fins et réguliers, ils ne suffisent pas à le rendre spécial ou faire se retourner toutes les têtes sur son passage. Si son petit mètre soixante-quinze l'avait fait culminer à des sommets, peut-être qu'on se serait arrêté pour le détailler un instant ; peut-être que s'il s'était vêtu de rose et de jaune plutôt que cet éternel assemblage de rouge et de noir qu'il affectionne tant, on l'aurait vu filer d'une rue à l'autre. Mais Maksym est une ombre discrète, un chat qui saute de toit en toit avec toute la discrétion que lui confèrent ses bras et ses jambes, entraînés à sauter et à se rattraper lorsqu'il dérape. Pas un obstacle ne résiste au jeune homme, dont les bonds prodigieux laissent rêveurs et les escalades pantois. Ça, bien entendu, avant qu'on lui demande où il a appris tout ça : sûr que pour filer entre les mains de la police et des rivaux (souvent très en colère), mieux vaut être agile et connaître par cœur les raccourcis.

Son visage n'offre pas plus de couleurs que ses vêtements. Ses cheveux, d'un brun très foncé, côtoient une peau pâle en hiver et légèrement hâlée en été. Quant à ses yeux, entre gris et bleus, ils ne sont beaux que si l'on prend la peine de s'y attarder. Du reste, Maksym possède une foule de petits détails que l'on ne remarque pas toujours : une canine légèrement brisée, une cicatrice près de la tempe, un tatouage brûlé au poignet gauche, de petits tics sans importance, ou encore ses oreilles, percées à trois reprises, et l'anneau qui orne son arcade sourcilière. Avec la prédilection de Maksym pour les chaînes, à tel point que ses proches lui ont déjà confié leur crainte de le voir un jour se transformer en coffre fort, l'ensemble n'apparaît ni particulièrement avenant, ni particulièrement sympathique. Maksym ressemble à un de ces voyous pseudo-emos se vantant de braquer des banques et inhaler des tonnes de cocaïne.
Sauf que, la cocaïne mise à part, Maksym n'a rien d'un menteur ou d'un enfant de chœur. Ses réflexes, trop vifs et rapides pour être innocents, trahissent un garçon habitué aux courses poursuites, à réagir sur le champ et à ne se laisser saisir à aucun prix. Ses mouvements, nerveux, il les cache sous une fausse apparence de nonchalance calculée, laquelle s'évapore au premier cri, au premier coup de feu. Maksym a la rue dans la peau, et s'il ne se tient pas aux aguets, il sait que la rue aura sa peau.

Alors, habile ? Oui. Viser droit ? Un jeu d'enfant. Passer de toit en toit ? Aucun problème. Pro des acrobaties, habitué des arnaques et des mensonges, des gestes à poser à la second près, Maksym court vite et file comme le vent. Maksym voudrait bien faire croire que tout est naturel ; sauf que.

Tous ses soubresauts, il ne les a pas récoltés au berceau.


Caractère



« Standing still when it's do or die, you better run for your fucking life »

Monsieur je prends des risques, je ne reste jamais plus de trois secondes au même endroit ; il a la langue habile, dommage qu'elle soit aussi insolente et prompte à lancer des piques à la première contrariété. S'il avait été plus sage, plus mesuré, la lutte lui aurait mieux souri, aucun doute là-dessus. Et si Maksym a été façonné par ce qu'il a vécu et oublié, les traces sont indélébiles et ne partiront jamais.
Alors, que dire ? A lui parler sans le connaître, on récolte vite de lui l'image d'un emmerdeur qui n'en a absolument rien à foutre des autres. D'une grande gueule jamais contente parce qu'elle trouve toujours le détail qui va pourrir sa journée ou ses plans rédigés à l'avance – parce que sans être un maniaque de l'ordre, il préfère prévoir, ne serait-ce que dans les grandes lignes. Histoire de, pour se donner bonne conscience, pour éviter de stresser et pousser son corps nerveux à enchaîner les cigarettes pour se calmer. Sans cesse aux aguets, peut-être persuadé que les ennuis peuvent pleuvoir au moindre instant du ciel comme une bruine importune, il a des réflexes extrêmement développés et rapides ; ses yeux sont partout, tout le temps, même lorsqu'il ne s'en donne pas l'air – et Maksym aime souvent se donner l'air nonchalant du type sûr de lui. Il a appris à développer son ego et ses capacités pour ne jamais se retrouver dans les ennuis. Là où il vivait, le moindre faux pas sonnait comme un couperet de guillotine, et il ne pouvait pas se le permettre, oh non.

Avant, Maksym avait peur de mourir.

Avant, Maksym veillait sur ceux auxquels il tenait comme une mère sur ses petits. Il leur tenait la main, les guidait, les surveillait de loin, laissait toujours son numéro dans une poche au cas où. La culpabilité d'avoir lâché quelqu'un des yeux un jour l'a broyé jusqu'au dernier moment : quand il vous parle, il ne baisse jamais les yeux, ne regarde jamais ailleurs. Des restes de cette attitude, de cette peur, il en a encore. Quand il se fait des amis, quand il tient à quelqu'un, il refuse de ne pas être présent pour ces personnes. Ami loyal, infaillible, et pierre qui lui rajoute un peu plus de responsabilité et d'angoisse. Mais ça fait de moi quelqu'un de bien, pas vrai ?
Le garçon jamais satisfait et moqueur sait ce qu'il veut, a tracé son chemin et le suit scrupuleusement sans s'en éloigner. Pour quelqu'un qui a choisi la voie sur laquelle s'engager, fuir serait un comble : et il en a, de l'honneur à revendre. De la fierté à ras-bord derrière ses idéaux, beaucoup d'estime, beaucoup de respect pour ceux qui, comme lui, on prit le pistolet à la main. On ne lui reprochait pas son courage et sa ténacité presque têtue, on lui reprochait en revanche sa vision étroite du monde, limitée à ce qu'il voulait bien voir et entendre. Pas de place pour l'opinion des autres, pas même celle de sa famille.

Et par-dessus tout, on lui reprochait d'avoir oublié entre deux coups de feu d'être un fils, un amant et un frère. C'est qu'il ne sait que crier pour qu'on l'entende, de peur qu'on l'oublie.

Et maintenant, tu as toujours peur ?


Histoire



« If I can't play fair with you, I cannot play at all »

Quand Maksym naît, sa mère et son père se séparent ; non, pas de divorce ni de longues plaintes ponctuées de hoquets. Le père n'est pas non plus un salaud qui plaque là femme et enfant pour la fille du facteur. Monsieur et Madame, pas mariés, ni même ensemble depuis dix ans, ont juste coché les cases qui leur convenaient le mieux. Elle, elle n'avorte pas et garde l'enfant. Lui, il part, parce qu'il ne se sent pas prêt à assumer une telle responsabilité. Toit, famille, boulot, métro, dodo, ce sera pour une autre fois. Ils se séparent, bons amis, et tout va (presque) bien dans le meilleur des mondes. Oui, sauf que, sauf que...
Peut-être qu'Olga regrette sa décision, après coup. Peut-être qu'elle aurait dû avorter, histoire de, parce que franchement, qu'est-ce qu'elle peut avoir à offrir à un gosse ? Elle n'a ni diplômes ni travail dans sa poche, à peine un petit appartement dans lequel caser un berceau au milieu du salon. Pauvre Maksym, elle voit déjà sa vie toute tracée, à l'image de celle de sa mère : minable. Heureusement pour elle, de nombreuses mains se tendent, et elle finit même par attraper celle qui la sort définitivement de l'eau. Au final, Maksym aura à peine eu à vivre un an sans papa ; et qu'est-ce qu'on peu en avoir à foutre, du sang ?

Dans son quartier, entre échanges de balles et corde à sauter, ils portent un peu tous le même nom, les grands oubliés de Zaporijia.

Eh, te voilà heureux, c'est cool : si on commençait ton histoire par Davnym-davno, comme dans les contes qu'il te racontait pour t'endormir ? C'est vrai qu'elle avait mal commencée, ton histoire, heureusement qu'elle se finit bien ! Zut, c'est pas vrai ? True boy, il est mort quand t'avais cinq ans, celui que tu appelais papa depuis toujours. Plus d'histoires, plus de modèle, plus de rires, juste un petit cadeau d'adieu que tu t'es juré de protéger jusqu'à la fin de tes jours. Maintenant que c'est toi l'homme de la famille, à toi de protéger ta mère et ton petit frère.
Qu'est-ce qu'il te manquait pour finir par I zhili oni dolgo i s-chastlivo ? La motivation, les protagonistes, les antagonistes ? Il te manquait quoi pour briller ?
Ouais, au fond, t'as jamais eu la dégaine d'un héros, pas vrai Zaichik ?


C'est dans ce même quartier qu'il passe sa vie, qu'il sèche les cours, qu'il agace sa mère, qu'il aide ses voisins, aime, déteste, et tout un tas d'autres trucs : Maksym n'a jamais vu beaucoup de paysage, parce que le sien lui suffit, et ça même s'il se peint en suite de maisons délabrées et de chemins sinueux. Il a la justice dans la peau, celle-là même que professait son père, un peu particulière, et qui lui a valu la vie. Oh non, Maksym n'a rien d'un saint, Maksym a même tout d'un assassin. D'un Robin des bois armé, si l'on veut, que la misère dégoûte. A tout un chacun de tracer une ligne entre son bien et son mal, de se trouver son propre shérif de Nottingham.

Question piège : Si on se bat pour une cause en laquelle on croit, est-ce que justice peut rimer avec prison ?
Maksym a eu de la chance, il n'a jamais atterri en prison : le groupe avec lequel il traîne et agit est bien trop puissant pour ça. Il fait de son mieux pour ne jamais se laisser couler et reprendre les choses là où on a forcé son père à les arrêter. Pour ça, il en fait bien des bêtises, il en dépasse bien des limites. Chez lui, c'est un héros. De l'autre côté du mur, c'est un fléau.

Drôle de paradoxe, hein ? Ils voulaient ta peau comme ils voulaient celle de tes amis. Pas de bol que ce soit tombé sur toi plutôt qu'un autre. Ils doivent bien rire, maintenant que t'es K.O. Et ta mère, elle doit pleurer. Ton frère, il doit s'en foutre ; s'il a failli se faire tuer y'a dix ans de ça, c'était ta faute, non ? Et celle de tes potes jamais en reste pour faire du grabuge. Tu sauras jamais si vous l'aurez un jour ou l'autre, votre révolution. Sûrement que non, right ? Il y a mille et une raisons pour qu'on vous laisse crever dans vos quartiers, pas une pour qu'on vous tende la main. T'as sûrement consacré ta vie à un rêve qui n'a pas attendu d'exister pour partir en poussière. Et tu en as, des remords ?

« Non. »

Ah, le demi-menteur. Mais au fond, c'est sûrement ça, le plus amusant. Et tu sais quoi ? Tout ça, ça aura servi à rien.



     
« Requiescat in pace »
Pseudo : B*te.
Âge : Momie.
Avatar : Hihihihihihiho.
Comment avez-vous connu ce forum :  elephant
Autres :  



___________________________________________________

You left me there,
Waiting at the bottom of the stairs,
With my eyes closed,
Holding my right hand in my left ;
There is no time for hesitation now,
You come or go.

Keep all my promises to break them,
I am no, oh no, innocent son.

You run rabbit, run !

You’re the antidote to everything except for me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- NO DATA -
avatar Masculin Messages : 224
Coincé depuis le : 12/09/2011



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Maksym Savchenko ▬ « You're not the Jesus of Suburbia. »    Sam 21 Mai 2016, 16:29

Félicitation
Vous êtes officiellement validé ♥️

Mad Maks ON THE ROAD GO TU ES VALIDE TU ES FOU FONCE TOUT DÉTRUIRE (enfin évite, je veux pas devoir l'attacher à une chaise pour l'exemple) (et par chaise je n'entends pas Aether nous sommes d'accord).
Sinon je. N'ai pas vu de fautes, ou alors quelques-unes dans les coins que je n'ai pas la force de retrouver. Rien qui gène la lecture en tout cas, donc tout roule pour moi BJ

Et je veux quand même une version longue. Le regarder m'émotionne, je ne sais pas pourquoi. ._.
Enfin si. Il est mort. Ça me rend triste déj/PLEURE/



DONC UNE VODKA POUR LA ROUTE *jette Maks sur le forum tel un cocktail molotov*

Tu peux dès à présent recenser ton avatar, ton absence de métier et demander une chambre pour t'en faire un petit nid douillet. Tu peux également poster une demande de RP ou créer ton sujet de liens. Ton numéro va t'être attribué genre instantanément parce que je l'ai déjà fait, et tu vas être intégré à ton groupe dans l'instant. Tu arriveras dans la pièce Ouest.

Be wow like boom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeisleep.forumactif.fr
 

Maksym Savchenko ▬ « You're not the Jesus of Suburbia. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» NADIA SAVCHENKO
» Chant: Sans JESUS mon Ciel est voilé.
» Jésus a t'il été pieger par satan !!
» Éric Cantona
» Des siamois sont nés lundi 19 décembre dans un hôpital d'Anajas, dans le nord du Brésil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before I Sleep :: Papiers à remplir :: Présentations :: Fiches validées-