Partagez | 
 

 Blanc sur rouge, rien ne bouge ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- D 01 072024 62 04 D -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 27
Coincé depuis le : 15/02/2017



MessageSujet: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Mer 05 Avr 2017, 22:11

C'était feux d'artifice ce soir, sans son mais lumières !
Bam, bam, bam.
Aïe.


Giorgio avait une telle migraine.
Difficilement, il se redressa et retira ses lunettes pour mieux se frotter le visage, puis les tempes. Bon sang, qu'est-ce qu'il avait fait ? A croire qu'il sortait d'une bonne grosse cuite. Tellement grosse qu'il ne savait même plus où il se trouvait. Ou pas. Juste pas.
Les yeux clignotant pour les accommoder à la lumière, Giorgio eut presque l'impression d'y voir clair tellement il n'y avait rien à voir. A part le blanc. Blanc sur blanc. Comme une toile.
La première pensée concrète qui lui vint fut qu'il devait sans doute rêver. La seconde fut que ça avait pourtant l'air bien trop réel.

Il nota aussi la vive douleur qui le prenait au niveau des côtes. Est-ce que c'était parce qu'il avait dormi par terre ? Ou bien des gens l'avaient frappé ? Pas très sympa, et plutôt bizarre. Mais, pour l'enfermer dans un endroit pareil ? Il supposait qu'on l'y avait enfermé. A priori. Hu.
Après avoir frotté une dernière fois le coin de ses yeux, Giorgio remit ses lunettes sur son nez et tenta de se relever ... avant d'abandonner, s'étalant sur le dos. Ça lui faisait tellement mal. Pourtant, il n'avait à priori rien. Sans doute que cela passerait vite. Il pourrait ensuite ... Faire quoi, au juste ? Visiter ? Est-ce qu'il y avait, genre, un espace infini autour de lui ?

Ah. Mais quel jour étaient-ils ? Qu'avait-il fait avant de s'évanouir ?
Il ne se souvenait pas.

Pourtant, il était si bien habillé. Plus qu'une rose entre ses mains et ...

___________________________________________________


• • • #B9121B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- NO DATA -
avatar Messages : 28
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Dim 02 Juil 2017, 18:01



Sans plus de bruit que nécessaire, avec autant de douceur que possible, la porte s'ouvre sur la silhouette penchée d'Acheron. Il garde la main contre le battant, doigts légèrement pliés, jusqu'à l'avoir ouverte suffisamment pour pouvoir passer avec sa faux sans rien risquer de coincer ; penché plus encore, il glisse à l'intérieur et laisse son bras libre retomber le long de son corps.
L'autre main, quoi que ses muscles semblent parfaitement détendus, reste agrippée à la faux comme pour conserver un équilibre peut-être fragile. Du manche il vient frapper le sol, une fois, à la manière d'un juge cherchant à attirer l'attention de la Cour.

Puis, là et seulement là, il prend la parole.

« Monsieur le décédé, bienvenue à Asphodèle. Je vous prierai de ne pas crier. De ne pas m'agresser. Et de ne rien faire qui puisse vous porter préjudice. »

Sans violence, fluide et las, il porte son bras contre sa poitrine et accorde une révérence polie au nouvel arrivant. Lorsqu'il se relève, il pose le regard sur ses chaussures et ne l'en bouge pas.

« Je vous prierai de me suivre. » Toujours planté entre la porte et le garçon, Acheron désigne l'extérieur d'un vague geste de la tête. « Tout vous sera expliqué en temps et en heure. Et cetera. »

Vous pouvez suivre Acheron directement ou refuser de coopérer.



___________________________________________________

« Omnia mutantur, nihil interit »
• compte PNJ • #3366ff •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- D 01 072024 62 04 D -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 27
Coincé depuis le : 15/02/2017



MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Lun 03 Juil 2017, 19:29

Les mains posées au niveau de sa hanche droite qui le faisait le plus souffrir, Giorgio fixait le ciel ou le plafond ou ... peu importait -, tout en contrôlant sa respiration pour que la douleur passe. Ça semblait marcher. Ou bien c'était une illusion de son esprit mais, au moins, pour le moment il allait plus ou moins bien.
L'expression semblait bien choisie.

L'italien n'aurait su dire combien de temps était passé jusqu'à ce que du mouvement n'entre finalement dans son champs de vision. A sa plus grande surprise. Son sang ne fit qu'un tour et sa respiration se coupa nette à l'arrivée de l'homme en blanc. Sinistre fut le premier mot qui lui frappa l'esprit. Le son de la faux contre le sol comme un ultime tac d'horloge avant minuit n'arrangea rien.
Une faux.

« Monsieur le décédé, bienvenue à Asphodèle. Je vous prierai de ne pas crier. De ne pas m'agresser. Et de ne rien faire qui puisse vous porter préjudice. »

S'il avait été d'humeur, sans doute que Giorgio aurait pensé que c'était plutôt à lui de dire ça, mais ... L'état de choc dans lequel il se trouvait l'en empêchait. Cet homme. La faux. Cet endroit. Monsieur le décédé ?

« Oh non, c'est pas croyab-AH ! »

L'homme voulut porter ses mains à sa tête mais ce geste trop brusque réveilla la douleur de ses os. Dans une grimace, il se tordit sur le côté misérablement mais tenta malgré tout de se redresser et ne pas rester par terre. Tout allait bien. Il réussit au moins à s'asseoir, non sans un soupir. Pourquoi avait-il si mal s'il était vraiment mort, hm ?

« Vous êtes ... la Faucheuse ? ou un Saint ? Ou ... »

Ces petits questionnements existentiels pour gagner du temps.
Les cours de catéchisme remontaient doucement.

___________________________________________________


• • • #B9121B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- NO DATA -
avatar Messages : 28
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Mar 11 Juil 2017, 16:09


Impassible et vraisemblablement désintéressé, Acheron regarde le garçon se tordre et se tendre sans même lui accorder un soupir. Il est par terre, certes — se relever serait une idée grandiose, pour peu qu'il en soit capable. S'il ne l'est pas, il y aura toujours d'autres moyens de l'amener à destination.
A défaut d'imagination, un esprit pratique et des années d'expérience rendent les plus étranges des imprévus prévisibles.
Tête penchée, il écoute le nouvel arrivant d'une oreille qui pourrait sembler distraite, comme tout ce qu'il fait. Il bascule le poids de son corps sur une jambe, puis sur l'autre, avant de s'immobiliser dans la même position qu'au début.
La voix du garçon, après coup, lui tire un moment de silence et le plus léger des sourires.

« Non. Je suis l'un des gardes d'Asphodèle. »

La Faucheuse ou un Saint, ha.
Soit.
Sans juger utile de préciser ni son nom ni quoi que ce soit d'autre concernant sa fonction, il détourne les yeux vers la faux serrée dans sa main droite.

« Je ne suis là que pour vous escorter, Monsieur. M'assurer que vous arriverez à bon port. Rien de plus. »

Ni jugement, ni questionnaire, ni torture ; ce n'est pas son travail.


___________________________________________________

« Omnia mutantur, nihil interit »
• compte PNJ • #3366ff •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- D 01 072024 62 04 D -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 27
Coincé depuis le : 15/02/2017



MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Jeu 13 Juil 2017, 19:36

Bon, peut-être qu'à bien y penser sa question avait été un peu débile. Lancée sans réfléchir surtout pour ne pas rester silencieux. Malgré tout, Giorgio ne se montra pas spécialement satisfait de la réponse et l'illustra par une grimace agrémentée d'un restant de douleur.
Asphodèle, oui. En effet, il l'avait déjà dit un peu plus tôt ... Mais Giorgio s'était surtout focalisé sur l'annonce tout aussi subtile que brutale de son hypothétique décès. Enfin bon, la délicatesse de son hôte était posée et étrangement ça n'inspirait pas l'italien à être plus aimable. Il n'essaya déjà pas de se relever une seconde fois.
Comme l'autre ne semblait aucunement menaçant (pour l'instant), il se permettait bien de prendre son temps.

« Et m'escorter où, si je puis me permettre ? »

S'il n'avait pas affaire à la Mort mais à son majordome ... Tout cela était vraiment très bizarre. était-il, exactement ? Le couloir de traverse entre les Enfers et le Paradis ? Allait-il devoir faire face à une sorte d'administrateur qui allait étudier son dossier et ... Bêtises. La meilleure solution pour lui était encore de se bouger et aller voir directement, il imaginait. D'autant plus, Asphodèle ne lui disait vraiment pas grand chose - pour ne pas dire rien du tout.
D'accord, Giorgio n'avait jamais été le plus attentif sur ce genre de choses, mais quand même. Ah. Si sa sœur avait été là, elle se serait donnée un malin plaisir à étaler sa science sur le sujet.

___________________________________________________


• • • #B9121B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- NO DATA -
avatar Messages : 28
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Sam 05 Aoû 2017, 18:18


Face à la question du jeune homme, Acheron se contente d'abord de poser les yeux sur lui ; il le regarde pendant quelques secondes, fixement d'abord, puis dans le vague, avant de ne les fermer.
Il y a quelque chose dans la façon dont il penche la tête et prend le temps de réfléchir qui pourrait faire penser à un professeur occupé à chercher comment expliquer au mieux une notion simple à un enfant turbulent. Il prend son temps.
Tempe appuyée un instant contre le manche de la faux, il rouvre finalement les paupières.

« Je vous le permets. »

Son corps, comme au son d'un signal que lui seul peut entendre, retrouve une position plus ou moins droite.

« Il s'agit de vous escorter aux bureaux, énonce-t-il lentement, calmement. Un endroit où l'on vous expliquera la situation. Les lieux. Les règles. Ce qui va vous arriver à partir de maintenant. »

Deux secondes de pause.

« Pour cela, vous devez vous lever. Si vous en êtes capable. Dans le cas contraire, je vous y emmènerai moi-même. De gré ou de force. »

A défaut d'être aimable, ça a le mérite d'être clair ; on ne peut pas lui reprocher ça.


___________________________________________________

« Omnia mutantur, nihil interit »
• compte PNJ • #3366ff •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- D 01 072024 62 04 D -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 27
Coincé depuis le : 15/02/2017



MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Mar 08 Aoû 2017, 21:41

Giorgio plissa des yeux derrière ses lunettes, cherchant à mieux cerner les traits de celui qui lui faisait face le temps que celui-ci ne finisse par lui répondre. Sa lenteur était telle que la patience de l'italien avait l'impression de souffrir autant que devant un vieux modèle d'ordinateur. Heureusement qu'il n'était pas au top de sa forme, sinon l'impression se serait sans doute vue décupler.
Donc, le garçon allait rejoindre des "bureaux" où des gens allaient lui expliquer la "situation" ? Plus ou moins. En effet, le drôle d'albinos lui donnait déjà comme un avant-goût d'administration avec ces secrétaires pas très drôles. Si ça ne l’enchantait pas tellement, Giorgio comprenait pourtant en quoi c'était nécessaire et n'avait à priori aucune objection pour le suivre. Quelles autres options il avait, de toute façon ? Tout ce qu'il fallait était que-...

« Pour cela, vous devez vous lever. Si vous en êtes capable. Dans le cas contraire, je vous y emmènerai moi-même. De gré ou de force. »

Eh.
La précision finale eut droit à des clignements d'yeux abasourdis. Si la surprise n'était qu'à peine lisible sur le visage de l'intéressé, quelques films commençaient à se jouer dans sa tête. Giorgio ne doutait pas une seconde que le majordome de la Mort (ou son équivalent proche, il en était persuadé) n'ait de quelconque scrupules pour arriver à ses fins.

« Je vois. »

Fit-il alors simplement, inspiré par le ton calme qu'avait utilisé l'Autre. Ce n'était pas de sa faute non plus (il supposait) si se lever lui semblait si dur. Bien entendu qu'il aurait préféré discuter en équilibre sur ses jambes plutôt que les fesses posées par terre. On aurait dit un enfant et son maître d'école, franchement.

« Eh bien, je ne dirais pas non à un coup de main ... au moins pour me lever. Après, je pense que ça ira tout seul. »

Il espérait, en tout cas. Juste une impulsion.
Le sourire naturellement aux lèvres malgré les circonstances, Giorgio tendit le bras vers son interlocuteur, préparant l'autre comme aide supplémentaire au sol.

« Si vous voulez bien, Monsieur ...? »

S'il avait au moins un nom ?

___________________________________________________


• • • #B9121B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- NO DATA -
avatar Messages : 28
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   Mer 09 Aoû 2017, 19:18


Yeux posés sur le garçon, Acheron ne cille pas tandis qu'il énonce avoir besoin d'aide pour se relever. Il détourne néanmoins le regard vers le plafond, comme si ce dernier avait détenu quelques informations capitales, les réponses à ses questions ou un script invisible à suivre dans pareille situation.
Selon toute vraisemblance, le plafond ne répond pas.
Menton baissé vers le décédé, le garde range la faux dans son dos et fait un pas en avant pour équilibrer le poids de son corps sur ses deux jambes. Alors, tranquille et gracieux, il tend le bras et love sa paume dans la sienne, laissant à l'autre le soin de lui saisir le coude pour le hisser sur ses deux pieds.
La force mise dans le mouvement reste modérée ; passée la première impulsion, il se laisse servir d'appui plus qu'il ne le tire réellement.
Sa main est presque froide contre la sienne.

« Acheron. »

Aussitôt le garçon debout, pourvu qu'il ne tombe pas, il le lâche et se décale d'un pas vers l'arrière. Tête tournée vers la porte, las, il reprend la parole :

« Si vous n'êtes pas capable de marcher, je vous porterai. »

Si la proposition peut être gênante pour l'autre, de son côté, il n'en est rien. Il arrive régulièrement que des décédés récalcitrants ou perturbés doivent être tantôt assommés, tantôt transportés ; ça n'a rien d'inhabituel.


___________________________________________________

« Omnia mutantur, nihil interit »
• compte PNJ • #3366ff •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Blanc sur rouge, rien ne bouge ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blanc sur rouge, rien ne bouge ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Mer Rouge vue d'en bas
» Rouge Artist Intense Make Up For Ever
» J'ai rien compris, et vous?
» Chapon de pintade fermier Label Rouge aux figues et au Musca
» [ Divers - Les classiques ] Sous-marin LE VERRIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before I Sleep :: Asphodèle :: Points d'arrivée :: Pièce Nord-