Partagez | 
 

 J'ouvre les yeux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- 00 ΜαAS 26 ×× QP -
avatar Féminin Pseudo : Never.

Messages : 21
Coincé depuis le : 18/04/2017



DOSSIER
Nombre de décès  : 0
Circonstances des décès  :
Métier  : Aucun.

MessageSujet: J'ouvre les yeux.   Mer 19 Avr 2017, 15:57

Elle fixait le point d'eau où une drôle de bête s'abreuvait – dans la mesure où elle se sentait aussi vulnérable qu'un morceau de bois, elle aurait préféré qu'elle s'en aille. Quelque chose, quelque part dans son ventre, lui disait qu'elle n'aurait pu faire d'elle qu'une bouchée malgré son absence manifeste de dents ; elle ne comptait pas contrarier son instinct.
Parce que, là tout de suite, c'était tout ce qu'elle possédait de plus cher.

Tapie dans l'ombre peu protectrice d'un gros arbre, les jambes contre le torse et en petite boule, elle remâchait sa situation et s'angoissait à se répéter qu'elle n'avait nulle part où aller. Elle ne savait pas où elle était, ni qui elle était, ni ce qu'elle était ni comment elle pouvait aller ailleurs autrement qu'en rampant. Elle avait voulu se lever il y avait quelques instants de ça, et ses jambes l'avaient renvoyée embrasser l'herbe aussi sec. Avec un grognement, elle s'était donc cachée après quelques acrobaties et n'avait plus bougé de là.
Une petite bête ailée jouait dans ses branches et l'herbe lui chatouillait le nez. L'autre bête, celle qui était plus grosse qu'elle, s'en était allée d'un pas paresseux, lui permettant de respirer à nouveau. Elle ne lui avait pas marché dessus. Elle savait peu de choses mais ce qu'elle savait, c'était que se faire marcher dessus ne lui disait rien du tout. En équilibre sur un bras, elle scanna les environs à la recherche d'un nouveau point dans le décor, en vain. Tout était calme, d'une quiétude agréable, et les arbres bruissaient agréablement autour d'elle. Elle roula à nouveau avec un gémissement frustré, abattit ses sabots dans la terre fraîche.
Était-elle censée attendre quelque chose dont elle ne connaissait pas l'identité ? Personne ne lui avait expliqué quoi faire et elle pouvait seulement espérer que l'attente ne soit pas trop longue. Ce silence, cette absence de but tangible auquel se raccrocher lui faisait peur. L'endroit n'était pas laid, mais elle avait peur. Elle ne savait pas où elle était.

Peut-être qu'elle ne se trouvait nulle part.

Sa tête était encore lourde du sommeil et dodelinait parfois quand maintenir son attention sur un point précis lui demandait trop d'effort. En désespoir de cause, elle replia tous ses membres et attendit dans l'herbe, près de l'arbre, attentive aux bruits des alentours et à ceux que faisait sa tête, juste sous son front.

Froush.

Comme un glissement sur l'herbe, ses sens s'éveillèrent et elle entreprit de prendre une posture de défense efficace ; à savoir, se mettre en boule parfaite et tenter de passer inaperçue. Comme l'animal du début, les bruits allaient sans doute disparaître.
Camouflage.

___________________________________________________


All of them were blind, to learning much inclined:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- C 02 061968 30 04 C -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 400
Coincé depuis le : 14/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  : Aventurier.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Jeu 20 Avr 2017, 22:46

La forêt, cet endroit effrayant ... Sombre et habitée de bêtes aussi étranges que sauvages. Derrière les troncs épais, il existait toujours cette belle opportunité que quelque chose allait se passer. Quelque chose de bien, ou de mal. C'était de cette douce sensation d'euphorie curieuse que tout bon aventurier devait s'abreuver. Pourtant ... Même si Macario était bien un aventurier (hein), un soupçon de peur lui chatouillait l'estomac de temps en temps et faisait trembler ses mains autour de sa croix en bois. Eh. Peut-être était-ce normal. Un aventurier infaillible aurait été une bien triste histoire. Il n'y aurait rien eut à apprendre de lui, alors qu'il se prenait en main et combattait ses peurs.
Oui, c'était normal.
De toute façon, c'était dans cet état d'esprit qu'il avait fonctionné depuis son arrivée à Asphodèle, et il ne se voyait pas faire autre chose. C'était lui, quoi. Tout simplement. Macario.

La forêt, donc ? Il commençait à bien la connaître. Surtout que, au fil du temps, il s'était enfin dit que ça serait – éventuellement – intelligent de prendre des notes de ses excursions pour ne pas se perdre à l'aveuglette. Retrouver la clairière n'était à présent plus un coup de chance (dans la majeure partie des cas) et il pouvait en être fier. S'y retrouver était pour lui une récompense en soi. Cet endroit s'avérait si apaisant ... On lui avait parlé d'un autre lieu tout aussi commode, mais il n'y avait pas accès. S'il avait tout de même un jour essayé d'y aller malgré tout (un aventurier, ça n'a aucune limite), cela ne s'était pas très bien fini pour lui. Hm. Enfin, pas la peine d'en reparler, à priori.

Armé d'un bâton (longue branche épaisse qui aurait aussi pu servir de canne, ou d'arme de fortune dans le pire des cas), le jeune homme poussa doucement les épais feuillages qui lui barraient la route. Il se sentit de nouveau respirer en arrivant dans ce qu'il aimait bien voir comme un sanctuaire. Si Asphodèle avait déjà quelque chose d'un peu mystique, il en était à ses yeux encore plus ici.
Le vague soulagement qui s'était dessiné sur son visage s'évapora cependant aussi vite qu'il était apparu. Quelque chose clochait, et il ne lui fallut pas bien longtemps pour identifier la chose en question ... Enfin, façon de parler. Il n'aurait pas réellement su donner de nom à la boule brune d'où des petites branches ... poussaient ?
Doué pour ça, Macario ne réfléchit aucunement et alla tranquillement à la rencontre de ... du ... Ça.

« Hey ? Bonjouuur ? »

Fit-il doucement alors qu'il approchait en évitant un minimum tout geste menaçant.

___________________________________________________

• • • #820F02
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- 00 ΜαAS 26 ×× QP -
avatar Féminin Pseudo : Never.

Messages : 21
Coincé depuis le : 18/04/2017



DOSSIER
Nombre de décès  : 0
Circonstances des décès  :
Métier  : Aucun.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Ven 21 Avr 2017, 17:12

Malheureusement pour elle, les bruits ne s'estompèrent pas. Pire, ils se rapprochèrent – et la pauvrette se demanda si c'était déjà la fin de quelque chose qu'elle n'avait pas vraiment eu le temps de savourer. Elle allait disparaître comme elle était apparue, se rendormir comme elle s'était éveillée, et...

« Hey ? Bonjouuur ? »

Ce qui s'approchait l'avait repérée, à moins que la voix ne s'adresse à un fantôme à sa droite ou sa gauche. Curieuse malgré la peur qui lui ordonnait de rester en boule et de rouler jusqu'aux fourrés pour disparaître à la vue de tous, elle sortit timidement le nez de son champ de force protecteur et jeta un œil autour d'elle. Elle ne fut pas longue à apercevoir la silhouette qui avançait dans sa direction, et la vision la laissa pantoise. Ça alors. Pour ce qu'elle en savait, cette bête là ne lui ressemblait pas du tout.
Il ne ressemblait pas non plus à celle qui s'abreuvait auparavant, ou aux plus petites qui étaient venues jouer à cache-cache dans ses mèches folles et ses branches. C'était une toute nouvelle sorte de vision – il avait la peau plutôt foncée, et une branche en guise de troisième jambe ou de troisième bras. Elle cligna des yeux de longues secondes durant, sans penser à lui répondre. Elle ne savait ni quoi dire, ni quoi faire.
Elle ne s'était pas attendue à ça. En revanche, elle se doutait bien que sa cape d'invisibilité ne marchait pas. Il allait falloir trouver plus efficace dans le futur.

J'aurais pu ne vraiment pas bouger, songea-t-elle en dépliant vaguement ses membres engourdis, peut-être qu'il aurait passé son chemin.

Il était un peu trop tard pour avoir des regrets. Elle était repérée, et elle ne pouvait pas s'enfuir en courant.
Elle jeta un œil fâché à ses jambes avant de fixer de nouveau l'intrus, hésitante. Lui, il bougeait sans difficulté, et il pouvait sans doute la rattraper si elle se mettait à ramper vers le couvert rassurant des arbres – même avec ardeur, elle ne lui échapperait pas.

Plissant le nez, méfiante, elle se décida à mimer l'empêcheur de tourner en boule :

« Bonjour. »

Mot qui sembla grandement la choquer, puisque c'était la première fois qu'elle entendait le son de sa propre voix ; mis à part quelques grognements de frustration, elle n'avait pas pipé mot depuis qu'elle s'était réveillée, allongée dans l'herbe tendre. Elle qui ne savait pas qu'elle pouvait ouvrir les yeux avant de le faire, elle ne savait pas non plus qu'elle pouvait parler avant de l'avoir entendu de ses propres oreilles : s'il n'avait pas élevé la voix en premier, elle n'y aurait jamais songé.
Celle-ci, rauque et mal assurée, ne savait pas quoi ajouter à ce mot dont le sens lui échappait encore. Pourtant, elle aurait aimé en dire plus. C'était amusant.

Elle se décida, par pure bonté, à ne pas pousser de cris ou de grognements : elle avait cru voir que ça avait tendance à énerver les autres, qu'il soit à poils ou... autre chose. Elle n'avait aucune envie que l'autre, pour l'instant ni méchant ni hostile, ne lui fonce dessus pour la réduire au silence – ou pire. Quoi que ce pire puisse être.

___________________________________________________


All of them were blind, to learning much inclined:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- C 02 061968 30 04 C -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 400
Coincé depuis le : 14/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  : Aventurier.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Ven 21 Avr 2017, 23:45

Saluer était une chose naturelle chez Macario. Ce n'est que quelques secondes trop tard qu'il commença à se dire que c'était peut-être une mauvaise idée. Pas spécialement parce que ça aurait pu s'avérer être une créature peu commode capable de se jeter sur lui et le manger tout cru, mais plutôt parce qu'il venait éventuellement de la déranger ? Dans son sommeil, même ? Enfin, bon, si elle grognait, il comprendrait le message et repartirait gentiment sur la pointe des pieds.
D'instinct, et après qu'il se soit approché ainsi que ses yeux se soient habitués à la lumière, le mexicain s'était dit que ça devait être un Daemon. Il avait le même petit quelque chose qui les caractérisait. Que sa tête se lève pour dévoiler un visage rond hybride ne fit que confirmer ses doutes ... et son apaisement.
C'était une vraie personne, et même si elle ne manifestait pas non plus de ravissement, elle ne lui avait pas jeté de chaussure à la figure en hurlant. Enfin, un bref regard vers ses sabots l'alertèrent que ç'aurait de toute façon été impossible. En fait, elle ... ne portait rien, non ? Oh.
Enfin.

« Bonjour. »

Le sourire d'abord encourageant de Macario s'étendit un petit peu plus, ne se disant pas que c'était là beaucoup plus qu'une politesse que venait de lui renvoyer la jeune Daemon. Mise à part sa ... nudité (?), il ne se posait pas plus de question sur son apparence. Il en avait vu d'autre, depuis le temps ! Après, ses cornes qui avaient plus l'air de véritables arbres minuscules plantés sur son crâne étaient jolis. L'un d'eux fleurissait.
Voyant cependant qu'elle n'était pas vraiment assurée et peut-être même perturbée, Macario continua :

« C'est la première fois que je vous vois ! Je traîne souvent par ici et ... ça va ? »

Et dire que certains avaient peur des Daemon et ne leur faisaient pas confiance ... Pourtant, c'était comme tout le monde à priori, il y en avait des bons, des moins bons, et tout. Vu qu'ils étaient là, autant coopérer ?  Après, il comprenait les réserves de certains. Ce n'était pas facile non plus comme situation, où en plus on apprenait tout juste notre mort et ... Bref, il comprenait et ne ferait pas la guerre à ceux qui préféraient les éviter. Même s'ils avaient l'air aussi inoffensif que celle qui lui faisait face.
Et même si c'était aussi un peu ...
la peur qui lui ordonnait de rester en boule et de rouler jusqu'aux fourrés pour disparaître à la vue de tous:
 

___________________________________________________

• • • #820F02
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- 00 ΜαAS 26 ×× QP -
avatar Féminin Pseudo : Never.

Messages : 21
Coincé depuis le : 18/04/2017



DOSSIER
Nombre de décès  : 0
Circonstances des décès  :
Métier  : Aucun.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Mer 17 Mai 2017, 17:51

Elle fronça les sourcils, faisant de son mieux pour avaler puis digérer les paroles de l'inconnu ; pas facile, mine de rien. Elle avait toujours peur et les consonnes lui restaient bizarrement en travers de la gorge. L'animal quasi acculé qu'elle était jeta un œil désolé aux buissons, lesquels lui auraient offert plus de confort et de sécurité que l'herbe sur laquelle elle s'était affalée sans réfléchir. Réfléchir, réfléchir.
Elle agissait par instinct. C'était nouveau pour elle.

Confusément, elle sut qu'elle allait de nouveau se flageller pour de mauvaises décisions.

« Ça va, répondit-elle tout en refusant de déplier entièrement son corps tendu et nerveux, je... viens d'arriver. »

Parler était plus compliqué sans modèle ni voix à imiter. Les mots venaient seuls, avec ses pensées, mais les reproduire demandait un effort auquel elle n'était pas accoutumée. Plus tard, sans doute, tout cela lui viendrait naturellement : elle se trouverait ridicule d'avoir douté pour rien, d'avoir trouvé ça difficile. D'avoir pensé qu'elle risquait quelque chose avec cet homme qui lui parlait doucement et n'avait pas l'air menaçant.
Mais pour l'heure et la minute, elle était encore déboussolée d'un réveil brutal et d'une réalité qu'elle n'appréhendait pas totalement. Rassurée par la sensation familière de l'herbe sous sa peau, elle accepta enfin de déplier bras et jambes.
Doucement.
Juste au cas où.

« Je ne sais pas comment je suis arrivée », trouva-t-elle bon de préciser, parce que si la chose lui semblait bizarre, elle devait aussi sembler bizarre à l'autre – qui ne venait pas d'arriver, puisqu'il lui avait dit souvent traîner ici.
Entre méfiance et joie, cette idée la conforta ; il devait y avoir quelque chose ailleurs. Tout ne se résumait pas à cette clairière. Par-delà les branches, il y avait sans doute d'autres choses, d'autres inconnus comme celui qui venait de la trouver. Elle tenta de se représenter ce qui pouvait se passer dans cet « ailleurs », mais l'imagination lui fit vite défaut. Elle ne connaissait que l'herbe, le bois, et les animaux qui étaient passés. Le reste n'était qu'une énorme mélasse noire, excitante et terriblement effrayante à la fois.

Prise de court, elle s'exclama avec plus de force :

« Où on est ? »

Sa voix butait encore bizarrement sur les mots, dont le choix laissait franchement à désirer ; qu'importe.
Ici et maintenant, il allait se passer quelque chose d'extraordinaire, et elle allait en être témoin.

___________________________________________________


All of them were blind, to learning much inclined:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- C 02 061968 30 04 C -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 400
Coincé depuis le : 14/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  : Aventurier.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Ven 26 Mai 2017, 21:49

Eh, peut-être que ses doutes étaient fondés et qu'il la dérangeait vraiment ? Ce fut en tout cas la conclusion qui vint traverser l'esprit de Macario à en voir les expressions de la Daemon et la tension qui semblait bloquer ses épaules tâchées. Pourtant ... Pourtant, elle lui répondit malgré tout. Le mexicain ne saurait cependant dire si c'était bien ou pas. Il était du genre à penser que les filles étaient des personnes relativement compliquées à comprendre. Et même les Daemon ne devaient sûrement pas déroger à cette règle. Même sans exemple sous la main, il avait toujours cette petite réserve intérieure quand il s'adressait à elles. Pourtant, certaines étaient gentilles et cools, bien sûr, mais. Voilà.
Tant de sentiments contradictoires. Que la Daemon se détende aurait dû le rassurer de sa volonté de lui parler, mais en même temps cela ne fit que confirmer un fait qu'il avait noté en s'approchant. Elle n'avait pas de vêtements. Et aucune fourrure ne couvrait ce qu'il fixait avec un peu trop d'insistance à son goût.
Coupant sa respiration, Macario se força à retrouver les cils particuliers de son interlocutrice, tentant de faire rentrer dans sa tête ce qu'elle lui disait tout doucement.

« Je ne sais pas comment je suis arrivée. »

Quoi ?
Les mots commençaient à faire sens. Il supposait. Fronçant légèrement des sourcils à son tour, le garçon réfléchit un peu plus sérieusement, chassant par ailleurs les idées parasites. Elle venait d'arriver mais ne savait pas comment ?
Macario battit des cils, interloqué. Est-ce que cela voulait dire que ...

« Où on est ? »

La force dans la question le déstabilisa, dans un premier temps, mais l'aida aussi à finalement réagir avec un minimum d'efficacité. Ouvrant la bouche, des sons finirent par en sortir :

« Oh !... OH ! »

Illumination.
Il avait entendu parler de ça ; l'apparition aléatoire de nouveaux Daemon. Lui, pourtant, n'en avait jamais été témoin ... et ne l'était toujours pas, en quelque sorte. Presque, cependant. Impossible de cacher que le garçon était excité par la situation.
Motivé, Macario fit un pas en avant et plia les genoux pour s'asseoir. Il posa son bâton à sa droite, et se délesta de son sac pour plus de commodité. Ainsi installé en tailleur, les mains sur les genoux, le jeune homme bomba le torse avec l'air très sérieux :

« Désolé, je. Hmmm. Comment expliquer. »

C'était important.

« Là, on est dans une clairière, au centre d'une forêt. Sinon, on est à Asphodèle. Enfin, Asphodèle, c'est une ville ... un endroit avec plein de gens. »

... dont certains viennent d'un autre monde et d'époques différentes mais. Détails.
Macario essayait de parler lentement. Même s'il n'était pas complètement sûr de la pertinence des informations données, le mexicain ne voulait pas inonder la Daemon de nouvelles tout en restant clair. Elle devait avoir tellement de questions, et il n'était certainement pas le mieux placé pour toutes les satisfaire. Même s'il aurait préféré.

« Il y en a qui sont comme moi, des humains. Et d'autres qui sont comme toi, des Daemon. Tu es un Daemon et on dirait que tu viens de naître ? C'est ça, j'ai bien compris ? »

C'était tellement bizarre comme situation. Le jeune homme ne savait pas quoi en penser. Comme s'il assistait à une véritable naissance mais, en même temps, pas vraiment ? Ah.

___________________________________________________

• • • #820F02
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- 00 ΜαAS 26 ×× QP -
avatar Féminin Pseudo : Never.

Messages : 21
Coincé depuis le : 18/04/2017



DOSSIER
Nombre de décès  : 0
Circonstances des décès  :
Métier  : Aucun.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Mer 12 Juil 2017, 01:43

Ses doigts frôlèrent l’herbe, dont elle arracha quelques brins par mégarde ; elle avait sursauté en voyant le jeune homme s’approcher puis s’asseoir, comme si la moindre vibration du sol pouvait la tuer. Elle les ressentait toutes, même les plus infimes, puisque son corps refusait de comprendre qu’il était temporairement en sécurité. Elle inspira d’un coup et retint son souffle, en apnée et dans l’expectative : elle s’était bien dit que quelque chose d’extraordinaire allait arriver, mais elle ne savait pas sous quelle forme ni quand.
Bientôt, bientôt…

« Désolé, je. Hmmm. Comment expliquer. »

Elle pinça la bouche, luttant contre l’envie de respirer. Au moins, il avait l’air de savoir quoi dire – à défaut de savoir comment le lui exprimer. Ses ongles s’enfoncèrent dans la terre, nerveux, mais son corps avait arrêté de jouer les armures de chair. Elle ne portait plus de croix invisible et sa méfiance s’était évaporée – pour ce qu’elle en savait, s’il avait voulu la manger, il l’aurait fait sur le champ.
Elle se força à lui faire confiance car sans lui, elle n’apprendrait jamais rien. Elle ne quitterait jamais cet endroit. Elle ne se faisait pas confiance et ses jambes ne la portaient pas encore.

Il n’avait pas les mêmes qu’elle : il marchait peut-être mieux.

« Là, on est dans une clairière, au centre d'une forêt. Sinon, on est à Asphodèle. Enfin, Asphodèle, c'est une ville ... un endroit avec plein de gens. »

Clairière. Forêt. Asphodèle. Ville. Ses sens en alerte et ses yeux grands ouverts, la pauvre tenta de remettre les choses dans l’ordre. Ils étaient dans une clairière, qui était dans une forêt, qui était dans Asphodèle, qui était… une ville. Ce qui aurait dû l’impressionner l’intrigua ; même sans en avoir entendu parler, les termes lui semblaient familiers. Elle n’était pas aussi dépaysée qu’elle l’avait pensé. Tout ça la rassura un peu plus et elle se décontracta tout à fait. Elle n’était pas en danger.
L’air accumulé s’échappa doucement par des lèvres qu’elle avait trop mâchonnées. Sa poitrine se creusa de soulagement.

Je vais bien.

« Il y en a qui sont comme moi, des humains. Et d'autres qui sont comme toi, des Daemon. Tu es un Daemon et on dirait que tu viens de naître ? C'est ça, j'ai bien compris ? »

Elle le fixa un peu, sans oser s’y attarder, car le sens lui échappait déjà un peu plus ; il n’était pas comme elle ? Il était vrai que son apparence différait de la sienne, pour ce qu’elle pouvait en voir, mais elle ne savait pas que des termes spéciaux s’y attachaient… Elle fit la moue, parce que la différenciation lui parut grossière. Daemon ? Ça aussi, il lui semblait l’avoir entendu.
Et quand bien même l’inconnu ne lui voulait aucun mal et encore moins la vexer, elle fronça les sourcils et lui demanda, sans se soucier de la pertinence questionnable de sa question :

« Et qu’est-ce que ça fait, que je sois un Daemon qui vient de naître ? »

Il avait peut-être quelque chose contre les gens comme elle ; elle pointa un doigt mal assuré dans sa direction.

« Et qu’est-ce que ça fait, que tu sois humain ? »

Et il y en avait d'autres comme eux ?

___________________________________________________


All of them were blind, to learning much inclined:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- C 02 061968 30 04 C -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 400
Coincé depuis le : 14/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  : Aventurier.

MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   Dim 16 Juil 2017, 18:40

Bien entendu qu'il n'était pas préparé et que ce qui pouvait aller de soi ne le frappait pas tout de suite. Macario expliquait juste les choses comme il le sentait dans l'optique d'aider, il l'espérait, la jeune Daemon le mieux possible. Après, c'était certainement mieux que rien. Les bureaux étaient quand même relativement loin d'ici ... Et il fallait encore traverser la forêt, aussi.
A sa dernière réplique, la fille aux bois répondit par de nouvelles questions et un air soupçonneux :

« Et qu’est-ce que ça fait, que je sois un Daemon qui vient de naître ? Et qu’est-ce que ça fait, que tu sois humain ? »

Elle agissait vraiment comme une enfant ; c'était mignon. Et puis même si ça ne semblait pas complètement fluide, prendre la parole lui semblait déjà plus facile et spontané.
Le mexicain eut l'air de réfléchir une nouvelle seconde afin d'organiser ses idées. Hmm !

« Si tu es un Daemon qui vient de naître, heu, bah c'est pour ça que tu ne sais pas où tu es ou ce que tu es. Tu es là pour la première fois, et il y a des gens qui vont t'expliquer encore plus de choses que moi ! On ira les voir après. Tu vas même avoir une maison, un endroit rien que pour toi. »

Il n'avait encore jamais vu de maison de Daemon, ceci étant dit. Est-ce qu'il y avait des lits ? Des baignoires ? Comme leur maison à eux ? Tous n'avaient pas les mêmes besoins que les humains, surtout en sommeil alors ... Et puis, est-ce que un lit était vraiment adapté pour des jambes de boucs ou de chevaux ? Dans ce cas, est-ce qu'ils se reposaient dans du foin ou debout ou ...
Il allait devoir étudier ça, il supposait. Mais comment demander ce genre de choses ?

« Après, les humains c'est un peu différent ... On est beaucoup plus nombreux et dans les maisons on est quatre ! Alors que toi tu seras seule. Et puis on est pas nés ici. »

Et ... et ... Macario se demandait si tout ce qu'il pourrait bien raconter tiendrait vraiment dans un prospectus ou bien plutôt dans un gros roman. La deuxième option lui semblait être la bonne, hein. Il prit une inspiration par le nez, se penchant avec considération vers la jeune Daemon :

« Ça fait beaucoup d'informations, non ? Ça va ? Comme je t'ai dit, y'a des gens plus compétents que moi qui vont aussi t'expliquer des choses. Et puis tu auras le temps d'en découvrir d'autres, aussi. »

Quand il était arrivé, lui, ses souvenirs lui avaient semblé très confus. Tout comme l'entièreté de la situation, à vrai dire. Alors, il comprendrait parfaitement que la demoiselle ne soit pas dans son assiette ... ou au contraire veuille en apprendre encore plus ? Mais est-ce que ça lui servirait vraiment ? Il doutait quand même qu'elle se souvienne de tout après, si ?

___________________________________________________

• • • #820F02
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J'ouvre les yeux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ouvre les yeux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marmotte le jour, petit démon la nuit
» Bébé grandit, maman régresse EDIT ouvre les yeux ?
» Maquillage yeux et lentilles ?
» quelles couleurs de fards à paupières pour les yeux bleus
» pour s'en mettre plein les yeux sans bouger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before I Sleep :: Zone 1 :: Forêt :: Clairière-