Partagez | 
 

 Arrivée • Isaure Février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- NO DATA -
avatar Messages : 28
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Arrivée • Isaure Février   Ven 05 Jan 2018, 18:49


La porte se referme derrière eux sans un bruit. La faux, quelques instants plus tard, est tirée de son fourreau ; en quelques mouvements fluides et tranquilles, elle vient glisser au creux de sa main gauche puis heurter le sol.
Ceci fait, il ouvre la marche.
Ne pas devoir poser le regard sur la décédée pourrait sembler complexe, mais Acheron s'en accommode sans éprouver la moindre difficulté apparente. Il regarde devant lui, tantôt à ses pieds, tantôt vers un point indéfini à l'horizon, marquant le rythme de ses pas en frappant régulièrement le manche de la faux contre le sol. Parfois, il s'y appuie plus lourdement ; parfois, il se redresse un peu.
Partisan du moindre effort, peut-être. Malgré tout, il accomplit sa tâche sans rechigner, sans faute ni erreur. La demoiselle ne risque pas de lui filer entre les doigts. Au premier signe de fuite de sa part, il serait prêt à la rattraper et à la traîner bon gré mal gré jusqu'aux bureaux ; d'une manière ou d'une autre, elle y arrivera.
On ne plaisante pas avec la sécurité des êtres humains. N'est-ce pas.
Après quelques temps, le centre-ville les enveloppe d'odeurs, de sons et de couleurs comme il n'y en avait pas près de la salle d'arrivée. Acheron le traverse sans se presser ni y penser, à peine plus près de celle qu'il doit escorter, l'air aussi absent qu'il l'a toujours été.

Dès qu'ils arrivent près des grandes portes, il range sa faux et en ouvre une pour laisser passer la demoiselle. Il la suit alors.

Du menton, arrêté sur sa droite, il désigne un bureau à leur gauche. Le jeune homme qui y est assis ne lève pas la tête vers eux.

« Veuillez vous rendre là-bas. Ils vous expliqueront tout ce que vous avez besoin de savoir. Vous devrez également répondre à quelques questions. »

L'ombre d'un sourire aux lèvres, il appuie doucement la paume de sa main contre l'omoplate de la jeune femme.

« Ils voudront probablement savoir votre nom, eux. N'hésitez pas. »

Aussi vite qu'il est apparu, le sourire s'efface ; le contact cesse.

« Sur ce. Passez une bonne journée. »

Un pas en arrière, courbé sur un salut élégant, il ne lui accorde pas un regard avant de repasser les portes dans l'autre sens.

Vous devez répondre pour signifier que vous vous adressez au bureau susnommé. Vous avez le droit également de décrire votre cheminement jusqu'aux bureaux, vos impressions, etc.
Ensuite, un PNJ vous répondra pour vous accueillir.

___________________________________________________

« Omnia mutantur, nihil interit »
• compte PNJ • #3366ff •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- A 09 112011 15 00 A -
avatar Féminin Messages : 25
Coincé depuis le : 16/11/2014



MessageSujet: Re: Arrivée • Isaure Février   Lun 03 Déc 2018, 20:36

Dire qu'Isaure est déroutée est un léger euphémisme  - lisez "énorme". Heureusement pour elle, elle est très adaptable.

Il est très clair, à partir du moment où ils sont sortis de la pièce blanche, qu'ils sont dans un tout autre monde que celui qu'elle connaît. Les paroles - les toutes premières - que lui avaient adressées Archeron comment peu à peu à faire sens dans sa tête, une fois sa surprise initiale passée.

Mademoiselle la décédée.

Elle doit être vraiment morte, alors, il n'y a pas d'autres explications. Elle aimerait qu'il y en ai une, elle tente d'en trouver une, mais au fond d'elle, elle le sait déjà.

Elle le sait depuis ses 16 ans.

Elle se demande, tout en regardant autour d'elle son nouveau monde, si c'est le cancer qui a eu finalement raison d'elle, ou si c'est autre chose. Si c'est elle, plus particulièrement. Elle ne s'en souvient très clairement pas, mais peu importe, le résultat reste exactement le même.

Une fois qu'elle eu finit de fusiller du regard son cavalier du jour, et de connecter tous les fils dans sa tête, elle prend le temps d'observer. Ils traversent ce qui semble être une ville, et l'agitation qui y règne la surprend quelque peu. En tout point, cela ressemble à une ville quelconque, et Isaure doit dire qu'elle ne s'attendait pas à ça, dans l'après-midi. Elle ne s'attendait pas à une après-vie tout court, d'ailleurs.

Enfin, considérant les nouvelles du jour, le fait que l'après-vie ressemble à une vie normale ne la choque pas vraiment. Tant mieux, elle imagine. Elle n'a pas vraiment pu avoir de vie avec ce foutu cancer, alors peut-être qu'elle pourra en profiter maintenant. Un peu putain de lugubre, mais bon. Elle est morte, on va pas lui demander d'être en plus de ça hyper joyeuse.

La chose qui la choque un peu plus, c'est les uniformes. Ils sont laids. Elle a le temps de les détruire 15 fois dans sa tête avant qu'ils n'atteignent ce qui semble être leur destination.

Peut-mieux faire, ouais. Un bâtiment quelconque, quoi. Elle espère qu'il va y avoir tout un comité d'accueil et des confettis à l'intérieur, parce que pour l'instant, son accueil c'est Arcachon et son silence. D'ailleurs, celui-ci lui ouvre la porte et lui fait signe de passer en première, comme si le fait d'agir en tant que gentleman allait lui faire oublier qu'il est un con. Raté.

Elle lui passe devant sans lui adresser un regard - enfin, elle essaie, mais c'est plus fort qu'elle. Il est chiant à mourir, mais il est pas mal, quand même.

Sur ce, il commence à lui faire tout un discours explicatif - deux lignes en somme-, mais elle perd le fil assez vite parce qu'il lui pose un main sur le dos et perd ainsi tout son attention, du moins au niveau des paroles. Autrement, il a toute son attention. Il lui sourit même, le rustre. Elle voit clair dans son jeu, maintenant. Il joue l'inaccessible pour attiser sa curiosité. Elle lui aurait bien dit que ça ne fonctionne pas, mais déjà, il lui dit au revoir.

Bonne journée mon cul.

"Ouais, c'est ça ouais, salut," répond-t-elle avec une rare éloquence et un ton plus salé que la mer morte.

Elle le regarde partir - tout aussi silencieusement que tout ce qu'il fait - et ne manque pas l'occasion de se rincer l'oeil une dernière fois. Une fois cela fait, elle tente de se souvenir des instructions.

Le bureau, c'est ça. Celui avec le garçon. Bien sûr.

Isaure lisse sa robe et s'éclaircit la gorge avant de s'avancer vaillamment vers le bureau. En espérant que ce mec là soit plus sympathique, au moins.

"Bonjour,  Arca-euh, Archeron m'a indiqué que je devais vous parler?"

Elle pense. C'est un peu flou. Il lui a touché le dos, c'était du sabotage.  

___________________________________________________


#6677ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Arrivée • Isaure Février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOBDAY le 19 février 2010 à Zeebrugge
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Livre aidant a comprendre l'arrivée du petit frere/Soeur
» arrivée 2éme enfant?
» 28 février 2007, Gaston Lagaffe a 50 ans !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before I Sleep :: Asphodèle :: Bureaux Administratifs :: Accueil-