Partagez | 
 

 Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
- NO DATA -
avatar Messages : 6
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.   Lun 06 Oct 2014, 16:47



Les humains semblent se calmer ; ou du moins n'ont-ils en apparence aucune intention de lui foncer dedans pour lui refaire le portrait. Blackjack boit son thé. Les autres se remettent de leurs émotions. La scène pourrait paraître d'une banalité sans nom sans l'intru cornu - mais ce n'est pas de son ressort. Elle se contentera de reporter son attitude. Comme toujours dans ces cas-là.

« En effet, vous n'avez pas le choix. »

C'est très clair. Ils sortiront d'ici avec elle, d'accord ou non. Elle est déjà préparée à devoir les rattraper et les immobiliser prestement au cas où l'un d'eux déciderait de s'enfuir une fois dehors ; sa faux, fidèle à son poste, semble presque en rire d'avance. Elle ne laissera personne contredire les ordres qu'on lui a donné.
Depuis le temps, ce serait un comble.

« Bien. Blackjack, Messieurs les décédés, veuillez me suivre. Je vais vous emmener jusqu'aux Bureaux, où ils prendront soin de tout vous expliquer. Durant le trajet, veillez à ne rien tenter d'idiot. Je suis armée. Je n'hésiterai pas à vous calmer si vous tentez quoi que ce soit. »

Bras tendu vers l'extérieur, elle leur fait signe de passer de la tête.

« Après vous. »

Vous avez encore un RP pour expliquer que vous suivez Phlege. Ensuite, un RP sera ouvert pour vous dans les Bureaux.
Blackjack peut les suivre où partir après ce post.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- C 02 061968 30 04 C -
avatar Masculin Pseudo : Dayday

Messages : 457
Coincé depuis le : 14/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  : Aventurier.

MessageSujet: Re: Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.   Mer 05 Nov 2014, 23:52

C’était vide. Son esprit était si vide.
Comment pouvait-il accepter sa mort aussi simplement ? Certes, il n’était pas non plus « Oh, mort ? Ah bon ? Cool. », mais c’était tout comme. Malheureusement, Macario n’avait ni la foi ni l’énergie nécessaire en cet instant pour se rebeller ou penser plus loin que le bout de son nez. Il l’avait dit lui-même, de toute façon, ils n’avaient pas le choix. La congénère de Blackjack, bien que ce fût une femme, faisait à merveille comprendre qu’il valait mieux ne pas la sous-estimer. Même ce dernier, qui sirotait son thé dans son coin, se faisait tout petit à côté. Sa présence n’était vraisemblablement pas désirée.
Et eux, alors ?

Hu. Macario se contenta de passer son regard de protagoniste en protagoniste avant de finalement se remettre sur ses jambes. Il ne se sentait pas encore capable de courir ou faire quoi que ce soit de trop violent mais, au moins, il tenait debout. Le jeune homme n’osa pas vraiment tenter de rectifier les menaces de Donnie, se disant que, de toute façon, ça devait être sa manière à lui d’essayer d’avaler les informations qu’on venait de leur jeter en pleine figure.
Après tout, si on tentait de faire un récapitulatif la situation : les deux garçons étaient potentiellement morts et présentement entourés de … trucs pas humains. On ne pouvait pas faire plus rationnel et rassurant, pas vrai ? Macario inspira un grand coup et prit la décision de cesser de triturer son pendentif. Le bois malmené retrouva sa poitrine alors que ses mains se joignirent dans un claquement déterminé, alors que la Faucheuse les invitait à sortir.


« Bien. »

Allons, si tu es déjà mort, pas besoin de faire cette tête d’enterrement, Maci. Tu vas pas à l’abattoir, non plus, hein. Tout leur sera expliqué, c’est ça ? Vraiment tout ? Même ces drôles de sensations qui lui tournaient la tête ? Macario. Macario. C’était son nom, pas vrai ? Oui. Il en était certain. C’était encore brumeux, mais il commençait à plus ou moins saisir ce qu’il était, qui il était. Quel soulagement.
Un sourire sincère se dessina sur son visage basané. Il jeta un dernier regard à Donnie, à Blackjack … Le « Daemon » n’avait pas été bien méchant, à bien y penser … Il lui semblait toujours aussi bizarre et glauque, et pas qu’à cause des cornes qui lui dépassaient du crâne, mais il ne méritait pas que la dernière image de lui soit celle du mec-sans-nom-qui-s’était-évanoui-et-parti-sans-un-mot.


« Hé, au fait … Désolé pour tout à l’heure, Jack … Moi, c’est Macario. »

Le brun fit un mouvement de la tête en guise de salutation sans, malheureusement, aller s’attarder à lui tendre une main, ne préférant pas se faire trop désirer par leur hôtesse à la peau de glace.

« Bon. »

Sur ses mots et à grands pas, le jeune homme ouvrit ainsi la marche ; passant le premier la mystérieuse porte et quittant sans regret cette pièce immaculée à l’en rendre malade.

Un nouveau monde à découvrir, ce n’était rien pour le grand Macario, hein ?

___________________________________________________

• • • #820F02
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- 00 ΜαAS 31 ○× QP -
avatar Masculin Pseudo : Never.

Messages : 158
Coincé depuis le : 14/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  : 11.
Circonstances des décès  :
Métier  : Légende urbaine.

MessageSujet: Re: Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.   Dim 14 Déc 2014, 20:46

« Tu pourrais nous aider au lieu de regarder ! Bute la, je sais pas ! »

Wowowoh, quoi ? Jack dut tester ses réflexes hors du commun afin de récupérer la cuillère qui avait manqué de s'écraser à terre tout en essayant de ne pas avaler sa gorgée de travers – plus facile à dire qu'à faire, mais bon, il n'allait pas en mourir de toute façon. Les yeux voyageant de Phlege à Donnie, incrédules, il tenta de lui faire comprendre par télépathie que cette suggestion abrutie était tout à fait... ben, abrutie, justement, et tout à fait hors de question par la même occasion. Avec quoi il voulait qu'il la bute, monsieur le terroriste en herbe ? Sa coupe de thé ? Ou peut-être qu'il voulait qu'il se déshabille, histoire de vérifier que ça l'aurait pas tuée sur le coup ?
Heureusement qu'il avait l'air plutôt du genre à aboyer sans prendre la peine de mordre. Et tu comptes tuer qui et comment ? Faillit-il lui renvoyer d'un air railleur, avant de se souvenir qu'il n'était pas le mieux placé pour ouvrir sa grande... bouche.

Il aurait plus manqué qu'il se sacrifie alors qu'il n'avait même pas fini de boire son thé. Et se sacrifier pour quoi, hein ? Il se le demandait. Qu'on le traîne par le pied ou qu'il les suive gentiment, il allait finir par devoir faire un tour à l'Administration.
Ohoho, parlant de ça...

« Bien. Blackjack, Messieurs les décédés, veuillez me suivre. Je vais vous emmener jusqu'aux Bureaux, où ils prendront soin de tout vous expliquer. Durant le trajet, veillez à ne rien tenter d'idiot. Je suis armée. Je n'hésiterai pas à vous calmer si vous tentez quoi que ce soit. »

Le Daemon hocha la tête et en profita pour glisser à ses interlocuteurs un joli haussement de sourcils censé signifier quelque chose comme : et quand elle dit calmer elle plaisante pas. A nouveau plus sûr de lui depuis que la révolte humaine semblait bien tassée et que Phlege n'avait pas l'air d'avoir prévu un bûcher pour lui à la sortie, il se tourna avec un sourire vers le garçon à la peau foncée qui daignait enfin faire preuve de politesse. Macario ? C'était original, comme nom ! Il ne lui semblait pas l'avoir déjà entendu en vingt-deux années d'existence – peut-être un peu plus ou un peu moins. Il le salua en retour et n'attendit pas pour lui emboîter le pas lorsqu'il sortit de la pièce. Il adressa un clin d’œil à Phlege en passant, pressé de pouvoir discuter avec le personnel du bureau qui ne l'aimait pas et refusait toujours qu'il lui tienne compagnie. C'était un monde, ça, quand même, lui qui était si gentil et prévenant ! Il avait beau chercher et creuser, impossible de savoir pourquoi il n'avait pas la côte avec eux. Peut-être qu'ils aimaient pas les Daemon sympas avec du thé et de bonnes manières. Vrai que quand on voyait la tête de certains de ses congén- bon, il n'allait pas s'engager sur ce chemin-là, ça finissait toujours par lui apporter des ennuis.

Jack se contenta donc de finir sa tasse, les yeux rivés aux cheveux sombres du garçon qui marchait devant lui. Comme chez eux, il y en avait de toutes les couleurs. Pourquoi ?

Pourquoi la mort, pourquoi la vie, résuma le Dameon en se noyant dans le liquide tiède. Mais bizarrement, s'il y en avait des plus foncés et des moins foncés, il n'y en avaient jamais d'aussi blancs que lui ou de bleus comme Phlege. Comme quoi certaines caractéristiques devaient être réservées aux Daemon – celles-là même qui l’empêchaient de passer pour un humain sur le point de départ, comme les deux garçons qui l'entouraient.

___________________________________________________

'Cause I ain't ever had a real home, so what do I know ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- S 18 092013 41 00 A -
- S 18 092013 41 00 A -
avatar
Masculin Pseudo : Nii'

Messages : 257
Coincé depuis le : 16/06/2014



DOSSIER
Nombre de décès  : 0
Circonstances des décès  :
Métier  : Réparateur.

MessageSujet: Re: Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.   Lun 12 Jan 2015, 17:22

Pleure, pleure, Donnie. Pleure.
Il faisait de son mieux pour retenir les larmes qui menaçaient à tout moment de venir rouler, traîtres, le long de ses joues pâles et presque sans vie – quelle ironie ; lui qui tenait tant à prouver qu'il n'était pas dans l'Au-Delà était celui des deux qui ressemblait le plus de près comme de loin à un mort vivant quelconque. Ça ne devait pas avoir grande importance. Après tout, son cœur battait la chamade dans sa poitrine et il lui semblait entendre les connexions de son cerveau crépiter comme autant de signaux électriques : si ce n'était pas « vivre », ça, il ne savait pas ce que c'était. L'idée que son âme ou toute autre chose faisant de lui ce qu'il était puisse reproduire inconsciemment ce à quoi il était habitué ne l'avait effleuré que pour mieux s'enfuir, honteuse d'avoir seulement existé.
Il n'était pas mort. Il ne pouvait pas être mort. C'était tout simplement impossible. Parce que...

Parce que...

Le claquement de mains de Macario le fit presque sursauter, lui qui ne parvenait qu'à peine à se sortir de ses profondes pensées depuis que la jeune femme était entrée. Ils semblaient tous d'accord pour la suivre et il ne comptait pas déroger à la règle ; la lame de cette faux ne lui disait rien qui vaille et pour être tout à fait honnête, la perspective de la douleur semblait le museler plus efficacement encore que celle de la mort. Il ne pensait pas qu'elle aurait été jusqu'à les décapiter, mais les érafler sérieusement ou leur couper un membre... On est jamais trop sûr de rien – surtout en présence de quelqu'un qu'on ne connaît absolument pas. A côté de l’intruse aux cheveux de flamme, Macario et Blackjack faisaient office d'amis de longue durée. Il n'avait aucune envie de connaître cette personne, à côté de laquelle même Monsieur Thé semblait inoffensif et amical (et c'était pour dire, vu l'affection qu'il lui portait).
En entendant son compagnon de route s'excuser, Donnie ne ressentit ni honte ni gêne à n'avoir aucune envie de faire de même. Il considérait, de façon un peu brusque certes, que si ce type – cette chose, quasiment – voulait se faire apprécier, il n'avait qu'à faire comme tout le monde et avoir une allure parfaitement normale. Un peu extrémiste sur les bords semble-t-il, le jeune homme se soupçonnait quelques difficultés à accepter les différences qui le gênaient, tout comme les commentaires désobligeant ou la violence dirigée à son égard.
Mais n'était-ce pas un peu le cas de tout le monde, au fond ?
D'une majorité ?
Enfin.
Emboîtant le pas d'un air plus que ravi au cornu de service, le blondinet passa une main fébrile derrière son cou lorsqu'il dut passer devant la jeune femme. Elle lui filait des frissons dans le dos, sérieusement. Il espérait de tout cœur qu'elle leur lâcherait vite les baskets, parce qu'il n'était clairement pas prêt à devoir la supporter pendant des heures et des heures de trajet. Et s'il ne savait pas pourquoi il s'imaginait automatiquement le chemin comme étant aussi long, c'était le cas malgré tout. Inutile de chercher le pourquoi du comment à chaque impression de ce genre. Il lui semblait à juste titre qu'il y serait sujet encore de nombreuses fois et pas toujours sur des choses agréables.

Prions juste pour que ce cauchemar soit vite fini.

Parce que clairement, il n'avait pas signé pour ça.

___________________________________________________


« I'm tired of all the drama that unravels in your head ;
Well, it's easy to get tangled up when your world is torn to shreds.
And every time you spit at me - some day, you will regret.
An ounce of insecurity is worth a pound of lead. »

It's hard to hold an olive branch with a gun against my head :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- NO DATA -
avatar Messages : 6
Coincé depuis le : 14/06/2013



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.   Lun 12 Jan 2015, 17:52



Phlege attend. Ils semblent réfléchir ; brièvement, rien qu'un court instant. Ce n'est pas le moment de tergiverser ou de changer d'avis, après tout. Ils le savent sans doute. Que ce soit celui qui prend les devants, celui qui n'a rien à faire là ou celui dont les jambes tremblent encore, tous vont passer cette porte bien sagement et sans faire d'histoires. Elle y met un point d'honneur. Il faut bien faire son travail. C'est important.
Un par un, les humains s'engouffrent dans l'ouverture. Quand les talons du dernier claquent contre le sol à l'extérieur de la pièce, Phlege ferme doucement la porte de sa main libre.

Enfin, pour eux, la mort reprend son cours.

Un RP va être ouvert pour vous dans les Bureaux. Veuillez y répondre dès que ce sera chose faite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ouvrez les rideaux. Tous les rideaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Rideaux de douche originaux
» rideaux occultants pour la chambre de bebe
» Raccourcir des rideaux legers facilement de façon jolie
» Boujou a toutes et a tous,
» Félicitation à tous les agents ONE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before I Sleep :: Asphodèle :: Points d'arrivée :: Pièce Sud-