Partagez | 
 

 Intrigue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- NO DATA -
avatar Masculin Messages : 235
Coincé depuis le : 12/09/2011



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Intrigue.   Jeu 14 Aoû 2014, 03:34

Prologue


« Dis, tu crois qu'on est où ? Enfin je sais qu'on est censés être morts, mais... »

Notre marche est lente et saccadée. Le garçon à côté de moi, celui qui s'appelle Cyril, n'a pas l'air plus avancé ; il tire sur ses manches, son col, joue avec le talon de ses nouvelles chaussures. Ça a l'air de l'ennuyer du genre sévère, à en croire la façon dont il décide de défaire l'arrière pour plutôt appuyer ses pieds nus dessus. Façon mules. La classe totale, rien à redire.
Fasciné par la façon qu'a ce type de se préoccuper des petits problèmes avant de s'attaquer aux plus importants, j'esquisse une grimace oh combien gracieuse à son égard. Crétin.

« Bha euh. On est à Asphodèle, ils l'ont dit. 'fin mince alors, j'aurais préféré les champs Élyséens tu vois. Quitte à se la jouer poète et machin. Wow, regarde, ce type a la même lettre que moi ! Her, salut ! »

... Rectification ; pire que crétin. Légèrement désaxé. Et beaucoup trop euphorique pour son propre bien. Je dirais qu'en général, dans une majorité des cas, apprendre qu'on est mort et qu'on va sûrement passer l'éternité dans une prison grisâtre sans peut-être jamais savoir ce qui nous est arrivé, ben ça rend pas joyeux. Moi, par exemple, ça me mine complètement le moral. Je veux savoir. J'ai besoin de savoir.
Mais lui, il... Chantonne. Okay. Tout va bien.
Abandonnant monsieur à sa nouvelle rencontre "qui-a-la-même-lettre-que-moi-woah", je lève le nez vers le ciel. L'immense bâtiment dans lequel on nous a remis nos uniformes et nos numéros pointe le bout de son nez sur la droite, imposant et rectiligne. Même de là, il réussit à me filer les jetons. J'ai aucune raison - aucune envie, surtout - de faire ce qu'ils me disent. Attendre bien sagement et pourrir en paix ?
Jamais.



Asphodèle vous attend


Si la clarté de la pièce dans laquelle vous vous êtes réveillé vous a aveuglé, voilà que l'extérieur vous ouvre les bras. Suivant les pas mécaniques ou enjoués d'un Garde en qui vous n'avez probablement aucune confiance, vous êtes mené à un bâtiment aussi imposant qu'empli de vie ; après quelques brèves questions auxquelles vous n'avez parfois aucune réponse, l'on vous remet un uniforme monotone et un numéro que vous devez, semble-t-il, garder à tout prix sur vous. On se garde bien de répondre à vos questions le concernant. Évidemment.
Aussitôt changé, vous revoilà dehors. La plaque accrochée à votre cou est froide contre votre peau et vous rappelle, comme une marque au fer rouge, que vous n'êtes définitivement plus chez vous. L'affluence vous donne le tournis ; le nom de maison que l'on vous a remis en même temps qu'on vous a rendu vos affaires prend des allures de cellule de prison. A, B, C. Froid, impersonnel.
Un vent frais vous souffle au visage et un instant, vous croyez voir passer une personne munie de cornes ou peut-être d'une queue ; vous vous dites que ce n'était sûrement que votre imagination. Et puis, finalement, peut-être que non.
Après tout, comment savoir ce qui vous attend dans ce nouveau monde ?

Tout est à réapprendre.


Que se passe-t-il au juste ?


▬ Votre personnage est enfin à Asphodèle ; concrètement, sa nouvelle vie commence ici. Il lui faut prendre le temps de s'installer, d'investir sa nouvelle maison, de rencontrer ses colocataires, ses voisins, pourquoi pas les marchands avoisinants. Il va faire la rencontre de Daemon, va probablement vouloir visiter, découvrir. Se faire une idée par soi-même.

▬ C'est, très simplement, à cela que sert ce prologue. Pour l'instant, à Asphodèle, rien ne sort de l'ordinaire ; ou du moins cela ne se voit-il pas. En creusant un peu, peut-être votre personnage pourra-t-il mettre le doigt sur des problématiques intéressantes ; découvrir des choses qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir découvrir. Nous vous invitons donc à vous promener dans les lieux que vous souhaitez, à expérimenter les différentes façons de jouer possible. Que votre personnage décide d'être un terroriste prêt à tout pour se faire remarquer, qu'il cherche par tous les moyens - même la fraude - à découvrir les secrets de ce monde ou qu'il tente tant bien que mal de s'intégrer, tous les moyens sont bons pour se faire sa place à Asphodèle.
Et quoi que vous fassiez, n'oubliez jamais ;
Vous êtes surveillé.


Dernière édition par Aether le Dim 04 Nov 2018, 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeisleep.forumactif.fr
- NO DATA -
avatar Masculin Messages : 235
Coincé depuis le : 12/09/2011



DOSSIER
Nombre de décès  :
Circonstances des décès  :
Métier  :

MessageSujet: Re: Intrigue.   Dim 04 Nov 2018, 04:54

Chapitre Premier



« Qu'est-ce qui se passe... ? »

Une main délicate posée contre sa bouche l'incita à se taire. Il alla pour protester, rire et lui dire de ne pas le toucher comme ça, que ça ne se faisait pas, mais le sérieux de son visage d'ordinaire si insouciant lui tira un frisson glacé.
Ça criait anormal. L'absence de vent, la foule silencieuse où courait une rumeur impossible à saisir. Les airs solennels. L'atmosphère. Tout.
Son regard, volage, s'arrêta sur la haute estrade en bois où se tenaient les Gardes. Il ne l'avait jamais vue ici, avant ; d'après ce qu'il pouvait en entendre autour de lui, de voisin en voisin et un peu au hasard des voix, il était assez rare qu'ils la sortent des bureaux. Difficile de s'en étonner. S'ils avaient dû ramener tout le monde sur la place dès qu'il y avait eu une nouvelle à annoncer, ils n'auraient pas été sortis de l'auberge - façon de parler. Il n'imaginait pas vivre un tel remue-ménage de corps et d'inquiétudes tous les deux jours. Ni même toutes les deux semaines.
Plus mal à l'aise que réellement inquiet, il noua ses bras à ceux de ses amis. Ce n'était pas le moment de se perdre de vue.
La paranoïa le reprenait, parfois.

« Mesdames et messieurs, décédés ou Daemon, nous avons un message à vous transmettre. Il a été écrit de la main d'Aether ; j'ai été chargé personnellement de vous le transmettre. Je vous demanderai donc toute l'attention et le respect qu'il se doit. »

Un pas devant, bien au milieu, c'était Kharon qui avait pris la parole. Les autres tiraient tous des têtes solennelles ; Acheron et Cocytus à droite, Lethe à gauche. Seule Styx, tout au bout, à côté de Lethe, avait plutôt l'air d'assister à un enterrement.

Kharon brisa le scellé de la lettre d'un petit geste sec du poignet. Une fois le papier en main, il s'éclaircit la gorge.

« "Très chères Âmes. Je m'excuse par avance de ne pouvoir m'adresser à vous en personne ; les circonstances, malheureuses, sont telles que cela m'est impossible. Comme vous l'aurez sans doute remarqué, l'un de mes gardes est actuellement souffrant. Je ne peux vous garantir que son état va s'améliorer. Je ne peux également vous affirmer que ce soit normal ; c'est même très inquiétant." »

Des murmures parcoururent l'assemblée.
Le mot était sorti, ça y est. L'aveu prononcé, plus personne ne réussirait à le reprendre. La situation était inquiétante.
C'était officiel, maintenant.

« "Cela ne signifie peut-être rien. Cela n'a peut-être même aucun sens à vos yeux, et je prie pour que cela reste le cas. Seulement au stade où nous en sommes, et par mesure de sécurité, je me dois de vous prévenir. Sachez que je ne cherche en rien à vous paniquer ; simplement à vous protéger." »

Trop tard pour la panique, songea-t-il en jetant un coup d’œil alentours. Le silence de mort parlait de lui-même.
Silence de mort, ha.

« "A l'heure actuelle, et aux vues de la situation, je ne peux plus faire confiance à aucun garde." »

La voix du Daemon s'enrailla un peu ; il fronça les sourcils, jeta un coup d’œil en arrière. Les autres n'avaient pas l'air d'en mener plus large. Ça se devinait à leurs visages tendus, aux regards discrets qu'ils dirigeaient vers leurs confrères. Vu comme ça, il semblait évident que la surprise était voulue. Alors chapeau bas, vraiment. C'était plus que réussi.
Personne ne comprenait rien.

« "J'ai édicté une suite de règles, dont celles qui vous concernent seront communiquées au plus tôt. En attendant, je vous en prie..."  »

Faites attention.




Un vent d'incompréhension



A peine les derniers mots prononcés, Kharon plie la lettre et s'incline pour en signaler la fin officielle. Les autres gardes, d'un même mouvement, se penchent à leur tour en avant. De ceux qui ont tendance à traîner jusqu'à ceux qu'on aurait du mal à tenir en place, tous plient la nuque et le dos à une lenteur calculée, polie et solennelle, et se redressent en même temps que leur collègue revenu un pas en arrière, à sa place dans la ligne.
Ceci fait, ils se retournent et disparaissent un à un dans les bureaux.
Il n'en faut pas plus pour briser la règle tacite imposant le silence à la foule.
Que s'est-il passé ? Qu'est-il arrivé à Phlege ? Souffrant comment ? En quoi c'est inquiétant ? Pourquoi est-ce qu'ils ne peuvent pas simplement la tuer et la faire revenir ? Qui lui a fait du mal ? Je pensais qu'on ne pouvait pas blesser un garde. Est-ce que c'est l'un d'eux qui lui a fait du mal ?
Lorsque le mouvement de foule se fait plus dangereux, les policiers présents sur place s'occupent de dissiper les plus agités et d'inciter les autres à reprendre leur chemin.

L'estrade, contrairement à d'habitude, n'est démontée que pour mieux être rangée à l'entrée des bureaux. Et pour cause ; une semaine plus tard, elle est sortie de nouveau. Aucun garde n'est là pour faire d'annonce, cette fois. C'est le chef de la police, Yehonatan, qui y grimpe pour lire la liste des règles ayant été modifiées à la suite des récents évènements. Des exemplaires seront distribuées dans chaque demeure d'ici la fin de la semaine, et pourront être ramenées aux bureaux pour être lues par un tiers dans le cas de Daemon ne sachant pas lire.

Les règles sont simples, annonce le policier. Il les énonce d'une voix forte et claire, lentement, dans la langue d'Asphodèle, afin que chacun puisse comprendre.

En raison des problèmes liés aux gardes, il est fortement déconseillé de rechercher leur compagnie ou de se retrouver seul en leur présence. Il rassure chacun sur le fait que des mesures ont été prises pour les nouveaux arrivants, et que le cheminement des pièces d'entrées jusqu'aux bureaux a été réfléchi en conséquent.

Il est également demandé de rapporter aux bureaux tout comportement inquiétant, inhabituel ou déplacé de leur part, qu'il se produise à l'avenir ou se soit passé dans les jours, semaines, mois qui ont précédé.

Un couvre-feu va être instauré, à titre indicatif et préventif. Il n'est pas obligatoire de le respecter, mais c'est néanmoins vivement conseillé. Les forces de l'ordre conseillent de limiter ses déplacements au maximum entre vingt heures du soir et neuf heures du matin.

La présence policière et les contrôles seront renforcés.

Une politique de sensibilisation aux réalités du "reset" va être remise en place, avec notamment l'organisation de réunions explicatives et de groupes de paroles à la bibliothèque. Y seront évoqués les dangers du processus, entre autres.

Des sanctions vont être réinstaurées face au suicide, et celles contre les meurtres ou agressions violentes vont être renforcées.

Chaque habitant d'Asphodèle, Daemon exceptés, va devoir se rendre au bureau muni de sa plaque pour la faire échanger d'ici trois jours - date après laquelle ils recevront la visite d'un policier et obtiendront leur nouvelle plaque en plus d'une amende. Les accès seront inchangés, mais les nouvelles plaques ne permettront plus de sortir des pièces d'arrivées après un reset - puisque, jusqu'alors, la présence d'une personne munie d'une plaque à l'intérieur des pièces permettait l'ouverture de la porte depuis l'intérieur. Dorénavant, après être mort à Asphodèle, il faudra attendre qu'un policier ouvre la porte pour sortir. Comme au premier jour. Il faudra également justifier de sa présence et du pourquoi du reset. Toute procédure médicale impliquant la mort devra être relayée à l'administration avant d'être mise en application.

Si d'autres règles viennent à voir le jour, elles seront communiquées dans les plus brefs délais.

Car nul n'est censé ignorer la loi.


Que se passe-t-il au juste ?


▬ Un évènement a eu lieu. Si suffisamment de personnes désirent faire un RP, d'un message ou de plusieurs, pour faire réagir leurs personnages à l'annonce au moment où elle a été faite, un sujet commun sera ouvert à l'endroit approprié. A minima, vous devez savoir si vos personnages étaient présents ou s'ils l'ont appris via quelqu'un d'autre ; leur perception peut en être changée.

▬ La présence du couvre-feu n'entrave en rien vos personnages. Ceci dit, une partie conséquente de la population à Asphodèle risque d'obéir ; n'oubliez pas de prendre ceci en considération si vous décidez de faire RP vos personnages entre vingt heures du soir et neuf heures du matin. Il y aura moins de monde que d'habitude, et leurs chances/risques de tomber sur des policiers en ville et aux alentours seront décuplées.

▬ La présence des forces de l'ordre étant intensifiée, justement, tout crime sera plus rapidement repéré. Vos personnages auront également plus de mal à se glisser dans des endroits interdits s'ils se trouvent en ville.

▬ Des RPs de groupes animés par des intervenants PNJ seront organisés ponctuellement dans la bibliothèque pour expliciter les reset. Vous pouvez également décider de dire que vos personnages se sont inscrits à des groupes de parole sans nécessairement vouloir jouer les RPs. Les informations seront disponibles pour tous quoi qu'il en soit.

▬ Tout suicide ou toute mort de vos personnages humains, à partir de maintenant, devra être joué au moins en partie. Vous devrez écrire son réveil dans la pièce qui lui est attitré, et il aura ou non des soucis à la sortie (plutôt oui que non, à priori). Dans le cas où vous n'auriez pas envie de le RP, il faudra à tout le moins le communiquer via MP à Aether pour que ce soit pris en compte.

▬ Vous devez également décider si votre personnage a été gentiment changer sa plaque ou s'il a voulu faire le rebelle de comptoir et se retrouve avec une amende. Pour le fun.


Il court il court, le furet


Et les rumeurs aussi. Dans le cadre de ce chapitre, les rumeurs vont avoir un rôle important ; selon votre participation et votre sérieux, elles pourront changer, légèrement ou non, les évènements risquant de se produire à Asphodèle.
Après la prise de parole d'Aether via les gardes, un climat d'insécurité va se créer à leur égard. L'aveu anime les langues et les esprits, et chacun y va de son pronostic. Pour beaucoup, qu'Aether avoue ne pas pouvoir leur faire confiance implique que l'un deux aurait à voir avec l'absence de Phlege, soit-disant "souffrante" ; pour d'autres, ça voudrait dire que Phlege a fait quelque chose de mal, et que les autres pourraient tout aussi bien être dans le même cas. Quoi qu'il en soit, les regards de travers et les murmures vont bon train.

Et vos personnages, dans tout ça, qu'en pensent-ils ?

Des rumeurs vont être affichées automatiquement dans le sujet approprié, mais il vous sera demandé, le temps de ce chapitre, d'y participer aussi activement que vos personnages le permettent. S'ils croient à une rumeur, signalez le. S'ils pensent autre chose, dites-le aussi. Qu'ils pensent à un complot ou croient que tout le monde est innocent dans cette histoire, ça pourra avoir son importance.
Les rumeurs ayant le plus d'ampleur en auront, en tout cas.
N'oubliez pas que ce sont vos personnages qui les répandent, les entendent, y croient ou n'y croient pas ; votre avis n'aura pas à être pris en compte. Vous pourrez le donner dans le sujet des spéculations si vous le souhaitez. Autant que possible, évitez d'influencer les évènements selon ce que vous pensez juste.

Par exemple : concernant la rumeur "On ne peut pas faire confiance à Harold {moyen}", où Harold représente un PNJ quelconque. Si vos personnages jugent qu'effectivement, Harold est louche, vous pourrez poster pour le signaler (ou envoyer un MP si vous tenez à ce que son avis reste secret). Le {moyen} représente l'intensité de la rumeur ; plus de personnes y croiront, plus elle sera forte, plus elle sera entendue et aura d'impact. Si votre personnage au contraire est persuadé que Harold est adorable et qu'il n'a rien à voir dans tout ça, vous pourrez signaler qu'il n'y croit pas, voire qu'il pense le contraire. Cela fera diminuer la rumeur, et donc perdre en crédibilité et en force auprès du public. Vous pouvez également poster après que vos personnages en aient discuté en RP, s'ils réussissent à se convaincre de quelque chose.

Quoi qu'il en soit, attention à qui vous croyez.

Et bien sûr, attention à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforeisleep.forumactif.fr
 

Intrigue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✻ intrigue fête foraine (Halloween)
» Jeux de société
» Le Cercle des poètes disparus
» → (intrigue 1) les topics chrono
» Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before I Sleep :: Formalités Administratives :: Contexte-